Attaque française de la ferme du Chamois (8-10 mars)
Historique du 358eRI.

Sur le front de Badonviller, la lutte continue. Installés à la ferme du Chamois, les Allemands tiennent sous leur feu immédiat les tranchées de Badonviller et de la lisière des bois où sont retranchées nos troupes.

La tâche de les déloger de cette ferme et de nous y installer est confiée aux 22e et 24e compagnies. Le 8 mars, dans un assaut brillamment exécuté, et malgré la perte de leur chef (capitaine PETITAIN), elles s'emparent de la ferme, la dépassent et portent la limite de nos lignes à 60 mètres à peine de la lisière du boit dit « Langue de Bois », solidement organisé par l'ennemi. Malgré de violentes attaques ultérieures exécutées notamment par le 176e R.I., cette limite de fut jamais dépassée pendant quatre ans ; les premières tranchées ébauchées dans le sol glacé sont l'embryon du solide point d'appui « Le Chamois », à l'organisation duquel les 358e et 349e vont consacrer leurs efforts pendant de longs mois.

Plusieurs soldats du 39e RIT des classes 1898 ou 1899 vont être affectés au 358e RI début juillet 1915.




Henry dans la tranchée "Petite Ceinture" indiquée sur la pancarte, qui se situe
à quelques mètres de la tranchée Petitain au Chamois



Liens et sources documentaires
Documents sur la commune de Blamont
Fonds Edouard Brissy, Ministère de la Culture Un reportage du reporter photographe pendant la guerre courant 1915
à Badonviller et dans les tranchées du Chamois.




A gauche, 4 soldats du 358e (source Bachamois), à droite photo d'Henry
où l'on distingue le numéro 358 sur le col.