Reconstitution du JMO des 1er et 2e Bons
entre le 1er février et le 15 mai 1915

Il n'existe qu'un seul JMO sur MDH du 39e RIT : celui de la 14e Cie de dépôt de Blois lorsqu'elle fut envoyée au col de la Schlucht. Les trois bataillons eurent des affectations bien différentes au début du conflit. Ils ne seront rassemblés à Badonviller qu'à la mi Mai 1915.
L'historique nous renseigne sur la période avant février 1915. Les 1er et 2e bataillons du 39e RIT sont envoyés au début de la guerre sur Epinal : l'un est affecté au travaux de défense du secteur, et l'autre ira à l'est de Saint-Dié.

Vue de Badonviller (septembre 1915). © Fonds Louvois de la BDIC.
Janvier 1915 1er janvier 1915 Le bataillon Lecestre (1er bon) quitte Rambervillers et retourne à Epinal. 18 janvier 1915 le 2e Bon (Piard-Deshays) avec le colonel Rémy quitte la défense d'Epinal et arrive dans le secteur de la 71e division, près de Badonviller. Ils s'établissent à Thiaville et à La Chapelle (historique). Février 1915 8 février 1915L'adjudant Robert Barillet est promu sous-lieutenant à titre temporaire. 11 février 1915 Le 2e bon prend les lignes à Pexonne Neufvillers Badonviller - Il occupe les tranchées et participe au service des patrouilles. Fin févrierAlors que les deux bataillons vont être réunis, c'est le baptême du feu pour plusieurs compagnies alors que les combats font rage, dans le secteur de La Chapelotte, Badonviller, le Chamois, Thiaville. 26 février 1915Le 1er Bon (Lecestre) quitte Epinal et rejoint la 71e division en Lorraine, affecté dans la 141e brigade. Une carte postale du secteur écrite ce jour :"Je te lassure nous sommes tou près des bôches leurs obus tombe de tout côté sa ne me fait pas bien peur car il ne sont pas bien dangereux il font plus de bruits que de besongne ce nait pas les nôtres car nous venons de tirer pendant 28 h. Jais les oreilles cassé je suis en bonne santé."

27 février 1915Les allemands prononcent une attaque sérieuse sur le front du secteur de Pexonne. Nos postes de Bréménil subissent une vive fusillade et débordés de toutes parts, doivent se replier ; la cie Valentin (349e) occupe immédiatement ses emplacements de combats. (JMO 141e Brigade)

L'attaque est toute aussi violente sur le secteur à droite près de la Chapelotte, "tête des Collins", tenu par la 152e brigade.

  • Liste des soldats du 39e RIT tués, blessés, disparus ou cités à la Chapelotte pendant la durée de la guerre.


  • Liste des tués et blessés du 27 février 1915.
  • 28 février 1915 La veille les allemands ont gagné des positions sur "les carrières" de badonviller, le commandant de la 141e brigade a reçu l'ordre de regagner le terrain perdu. Deux cies du 39e RIT à Neufmaisons forment la réserve de la brigade avec 2 Cies du 358e venues de Baccarat.

    Le service de santé de la division répertorie 5 hommes blessés et évacués sur Baccarat. 9 hommes blessés sur Rambervillers du 39e Tal.
    Soldats :Brosse (Liste Maj le 17/7/16)
    Mars 1915 L'hôpital de Badonviller est évacué
    1er mars 1915Les Allemands ont encore lancé quelques obus sur la petite ville de Badonviller. Naturellement, ils ont surtout choisi l'hôpital pour cible.
    Les soeurs de la doctrine chrétienne qui dirigent cette établissement ont jugé prudent d'évacuer leurs malades sur Nancy, où ils sont maintenant hospitalisés à la maison mère.

    Le général Dubail redéfinie la mission du DAL dont la 71e division est une des composantes.


    Mémoires du général Dubail (Extraits)

    Le Détachement de l'armée de Lorraine vient d'être créé. Le général Humbert en prend le commandement sous les ordres du général Dubail.

    […] mars 1915 En résumé, la mission du D.A.L. n'est pas offensive. La préoccupation principale de son chef doit être de compléter et d'améliorer l'organisation défensive actuelle, de pousser l'instruction des troupes et de surveiller les mouvements des Allemands. Son action offensive se manifestera, jusqu'à nouvel ordre, par des coups de main sur les avant-postes ennemis. Je mets le général [Humbert] au courant des événements d'hier et de la nuit. Je l'invite à se rendre à Malzeville pour prendre son commandement et à aller dès demain à Baccarat pour en finir avec ces opérations au nord de Badonviller.


    […]10 juillet : Il faut mieux, à tout prendre, tomber sur le champ de bataille qu'aller grossir le chiffre des prisonniers.


    Les généraux Mordrelle et Humbert (71e div et 141e brigade) organisent le plan d'une attaque sur le secteur. Ils ont à leur disposition le 171e RI qui sera en pointe de cette attaque, exclu de tout service de tranchées.
    Sont en réserve 1 bon du 358e et 2 cies du 39e Tal mis à la disposition du Général de division de l'Est de Pexonne.
    1er mars Sous les ordres du Lieutenant Colonel Paitard la 141e brigade a pour mission d'attaquer les carrières. Deux cies du 39e Tal forment la réserve à Pexonne, avec 2 Cie du 38e Tal. 2 mars 1915 Une violente tempête de neige arrête le mouvement d'attaque de la veille. Un blessé du 39e Tal évacué sur Rambervillers. 6 mars 1915 Un blessé du 39e Tal évacué à l'hôpital de Baccarat.
    Les jours qui suivent la brigade reçoit l'ordre de renouveler ses attaques.
    Nuit du 6 mars 1915 Des fractions allemandes débouchent du chamois. Des projecteurs aveuglent nos cies territoriales occupant les tranchées, mais ces dernières tirent par salve sur les groupes, qui sont ainsi repoussés. 7 et 8 mars 1915La 141e brigade progresse sur les lignes du Chamois et organise au contact de l'ennemi une ligne de résistance solide. Les pertes sont nombreuses pour les régiments engagés dans des conditions difficiles : froid et chute de neige ; le Jmo du 41e BCP signale 225 soldats évacués pour gelures. 7 mars 1915Quatre blessés du 39e Tal sur l'ambulance 10/7, 2 blessés à l'hôpital mixte du 39e Tal. 8 mars 1915Un blessé du 39e Tal évacué à l'hôpital temporaire, 2 à l'ambulance 10, et 1 à l'hôpital mixte du 39e Tal. 9 mars 1915Evacuation du sous-lieutenant Lorrain du 39e Tal au dépôt des éclopés pour pieds gelés. 10 mars 19152 soldats du 39e Tal (dépôt des éclopés).

    Paul Legendre, à Blois,– dont le journal est mis en ligne sur le site des archives du Loir-et-Cher – relate la rumeur, de deux compagnies du 39e RIT décimées.
    14 mars 1917La 7e Cie du 39e Tal est citée à l'ordre de la brigade : "le 27 02 1915 et jours suivants dans le secteur d'Allencombe et la Chapelotte. Cette Cie a donné un bel exemple de courage et d'énergie en résistant aux attaques d un ennemi supérieur en nombre en force en se maintenant dans les tranchées malgré un bombardement de l'ennemi pendant six jours et six nuits sans repos." 17 mars 1915Evacuation à l'hôpital mixte d'un soldat du 39e Tal pour blessure. 20 mars 1915 Un intense bombardement sur nos positions près de Badonviller fait de nombreuses victimes dans le régiment.
    Cinq tués à Badonviller : Alexandre Denamps, soldat,Alphonse Ferrière, soldat, René Deniau, soldat, Charles Aubry, et Victor Bonvallet.
    Blessé grièvement Henri Augu, soldat. Blessés : Les soldats LASCAUGIRAULT., Lecomte.
    L'adjudant Soussieux s'est porté en avant pour secourir les victimes
    Le service sanitaire de la 71e div comptabilise 15 blessés évacués à l'hôpital mixte, du 39e Tal, ce jour.
    22 mars 1915 Les bataillons sont rassemblées dans leur position fixée pour l'attaque à 5h30 comme prévu entre la ferme Malgréjean et celle du Chamois. A 18 heures on décompte : 90 tués, 137 blessés et 28 disparus.(JMO du 171e RI). Un blessé du 39e Tal évacué à l'hôpital mixte. 28 mars 1915 Un malade du 39e Tal assis. 26 mars 1915 Un blessé évacué sur l'hôpital mixte. 30 mars 1915 Un malade du 39e Tal couché. Avril 1915 6 avril 1915 Un soldat blessé assis évacué de Badonviller sur Neufmaisons, suite à bombardement:Alexis Trioreau. 7 avril 1915 La 8e Cie du 39e Tal est sur Badonviller. Deux blessés dont 1 couché sont évacués de Badonviller sur Neufmaisons. Basile Gaugry décède suite de ses blessures à Neufmaisons. 8 avril 1915 Un blessé du 39e Tal assis évacué sur Neufmaison ; (+ 2 blessés civils). 12 avril 1915 1 malade assis du 39e Tal évacué sur Neufmaison. 13 avril 1915 Eugène Gauthier est évacué pour gelure des pieds. 16 avril 1915 Trois malades assis du 39e Tal. 24 avril 1915 Un blessé couché du 39e Tal évacué de Badonviller à Neufmaison. 26 avril 1915 Louis Adam est tué lors d'un bombardement sur Badonviller. 28 avril 1915 Un blessé couché du 39e Tal évacué du Village Nègre. Mai 8 mai 1915 Un malade assis du 39e Tal évacué de Vierge Clarisse sur Neufmaison. 14 mai 1915 Le soldat Thuercelin Joseph est blessé par éclats d'obus. Photo de Badonviller ramenée par Henry, qui était positionné plus à droite de celle de Brissy, mise en ligne par le Fonds Louvois de la BDIC.

    15 mai 1915 Le bon Sinault est embarqué par train vers le secteur 56 de Badonviller. Départ gare de Versailles vraisemblablement, débarquement des 4 cies à Baccarat.


    Liste des soldats tués, blessés, disparus ou cités à Badonviller