Quand ceux du 39e RIT sont affectés au 313e RI


CPA d'un groupe de soldats du 113e. Les képis des officiers sont bien indiqués du 39e. Les soldats ont des capotes dont le marquage "113" (régiment de Blois) se dévine, comme si il avait été décousu. Il s'agit vraisemblablement d'une section du 39e RIT passé au 113e qui se trouvent en Argonne début 1915. Certains uniformes rappelent ceux du début de la guerre. Le lieu est indéterminé, des corps de ferme en arrière plan pourraient peut être permettre de reconnaître le secteur.

Pour toute indication sur cette photo : contact@fyrag.com

Voir la photo quasiment identique sur le site Histoire et Militaria avec d'autres photos du 39e sur la file.

L'Argonne meurtrière
Les principaux lieux en Argonne où sont tombés les soldats du 39e RIT envoyés compléter les effectifs du 313e RI ont été retrouvés sur leur fiche matricule ou sur MdH "Mort pour la France".
Ces hommes étaient restés au dépôt au début de la guerre, comme la 14e Cie ; on en trouve souvent de classe inférieure à 1895 : ce sont donc bien de vieux soldats qui partent en octobre et novembre dans le secteur du Vauquois.
Or, il est incontestable que le 313e fut plus exposé dès le départ que les autres bataillons du 39e RIT envoyés sur Epinal (dont une compagnie avant-guerre assurait la garde d'un fort aux alentours), ou celui du bataillon Sinault resté à Blois, puis envoyé au Creusot.

Les JMO du 313e ne signalent pas une cie de territoriaux, spécifique ; nous partons sur l'hypothèse que ces soldats étaient rassemblés au sein d'une même compagnie.

L'historique les mentionne dans le 39e RIT. MdH les a clairement réinscrit dans le 313e en rayant la mention du 39e RIT

Liste des soldats tombés au ravin des Meurissons

Liste des soldats tombés à Vauquois

Liste des soldats tombés aux Islettes

Liste des soldats tombés dans la forêt de l'Argonne

Les mentions des blessés, des tués, ou les citations, au Vauquois et en Argonne, indiquent l'année 1915. Il n'est pas exclu que des soldats soient retournés dans d'autres bataillons du 39e RIT, puis répartis en septembre 1917 dans les régiments de territoriaux.